+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888

Najat KHATIB artiste peintre


Najat KHATIB tient à assurer cette dualité esthétique à savoir: L’être et le paraître.
C’est un monde plastique à contempler et à questionner ! »

;

 

;

                    

;
;
 
;

;
;;;;;
;

                                                                                                  

;

  : press

;

 

;

 

;

Le MATIN du Sahara et du Maghreb

;

LA PLUS FORTE, AUDIENCE DES QUOTIDIENS DU MAROC

;

N. 10.595- LUNDI 24JANVIER 2000 - 17 CHAWAL 1420- 17 CHEVAT 5760 - PRIX : 2 DH

;

ARTS PLASTIQUES : Au complexe culturel Sidi Belyout

;

    

;

                                                                            

;

  

;
;

La poésie de la peinture

;

On ne la connaissait pas pour avoir débuté ses sorties dans des expositions collectives. Plus par compréhension que par pudeur, Najat KHATIB, puisque c’est d’elle qu’il  s’agit, n’est pourtant pas une novice.

;

Diplômée de l’école des arts plastiques à Casablanca puis du CPR, dans la même branche à Rabat, c’est depuis 1983 que Najat KHATIB fait partie du cercle des peintres, elle qui avait, pourtant, un penchant pour la sculpture. Mais la peinture l’a toujours habitée car à l’âge de 14 ans elle donnait déjà libre court à ses introspections qui dégageaient un talent qui n’attendait que l’occasion pour s’exprimer. Et comme la plupart, elle opte pour la figuration qui a occupé une grande partie dans ses premiers balbutiements. Aujourd’hui qu’elle est professeur d’éducation plastique, Najat KHATIB canalise autrement ses ressentiments et centres d’intérêts...plastiques. Cela n’a pas été le fruit d’une réflexion ni d’un choix délibéré mais tout simplement un amour très prononcé pour la beauté de l’écriture arabe. Najat n’est pas calligraphe et se défend inconsciemment  de faire partie d’une quelconques courrant lettriste. La lettre arabe est certes omniprésente dans ses oeuvres. Elle ne les déterminent pas à vrai dire mais dirige en quelque sorte le thème plutôt dominé par la nonchalance de la flamme et la sérénité de l’eau L’exposition organisée au complexe culturel Sidi Belyout, est intitulée « la poésie de l’eau » certes, mais ce n’est là apparemment qu’un prétexte pour exprimer une multitude de choses qui se passent au fond d’elle, au fond de son inconscient. Et pour dompter le thème de l’eau et des vagues qui prennent l’allure de lettres révoltées il  lui a fallu passer par des étapes, du noir et blanc qu’elle semble beaucoup chérir, à la lumière abstraite en passant par le croquis, le collage, le portrait ou encore le figuratif. Mais, pour manquer d’espace à même de lui permettre de mieux saisir son sujet, elle évolue dans un espace restreint qui compresse ses idées généreuses à souhait pour tout ressortir en un seul coup. En fait Najat KHATIB n’a pas besoin, à la limite d’endroit pour faire un recul ni d’atelier dans l’expression professionnelle du terme. Tout se passe au fond d’elle et elle nous le livre en vrac dans un ordre impressionnant qui se fait d’ailleurs de lui même. Dans ce sens on peut compartimenter l’oeuvre de Najat KHATIB, maison peut gager qu’elle fera beaucoup parler d’elle dans un avenir très proche.

;

 

;

L’OPINION

;

VENDREDI 28 JANVIER 2000 21 CHAOIJAI. 1420 / ISSN 0854288 / NUMERO 12 659

;

                                                                                 

;

Sous le parrainage de l’association Bassamat des beaux arts l’artiste Najat KHATIB, professeur d’éducation plastique tient une intéressante exposition au complexe culturel Sidi Belyout (jusqu’au 4 février) sous le thème.  « Poésie de l’eau ». Une exposition dont l’objectif. Est de créer un espace d’échange d’idées, de promotion de la culture visuelle et de sensibilisation du public aux questions, relatives aux beaux- arts.

;

Personne ne peut rester Insensible devant les tableaux de Najat Khatib qui a fait de l’eau, source de la vie, et de l’écriture, avec sa belle fluidité calligraphique, les éléments constitutifs d’un monde magique animé d’ombres et de reliefs. La spiritualité dégagée de ses oeuvres est saisissante avec son approche originale de la création et de la connaissance. L’artiste se distingue aussi par une maîtrise de la technique qui confère à l’esthétique une éloquence recherchée.

;

Diplômée d’arts plastiques en 1983, Najat KHATIB a intégré le Centre pédagogique régional de Rabat et a été engagée comme professeur d’éducation plastique au ministère de L’Education nationale. Elle enseigne depuis 1985 dans un établissement de Casablanca. Et ce n’est qu’en 1999 qu’elle a commencé à exposer, surtout dans des écoles et des Centres culturels. En avril, cette année, elles participé à une exposition collective à Sète et à Montpellier dans le cadre du “Temps du Maroc”.

;

 

;

Notre site Web:// http www.le matin. Press.ma

;

Le matin

;

Du Sahara et du Maghreb

;

LA PLUS FORTE AUDIENCE DES QUOTIDIENS DU MAROC.

;

N.11.I O35 – DIMANCHE  8 AVRIL 2001 -13 MOHARRAM 1422 -- 14 NISSAN  5761-PRI : 2, 50 DH

;

Art plastique : la Galerie de la délégation de la culture

;

                                                                       

;

                 NAJAT Khatib expose

;

« Reflets »est le. Thème de I’exposition individuelle de l’artiste peintre Najat KHATIB, qui expose actuellement ses œuvres à Ia galerie d’arts du ministère de la culture au quartier hermitage.

;

Plusieurs personnalités du monde de l’art en général, et de jeunes .talents en herbe ainsi que des amateurs des arts plastiques
[étaient présents vendredi soir  à l
a cérémonie de vernissage.

;

Les toiles de .l’artiste sont un hymne au silence  et une célébration des formes et des objets dans leurs diverses manifestations

;

«   C’est une résistance symbolique contre l’absence de l’oubli »explique l’artiste…

;

L’emploi de couleurs froides et sombres tel que le gris et le noir ainsi que le recours à des formes dont l’aspect est « troublant »rend le contenu des toiles insaisissable de prime abord, et nécessite une deuxième sinon une troisième lecture avant d’en dégager le sens.

;

L’ensemble des tableaux constitue une sorte« d’invitation au voyage » pour le visiteur afin d’explorer le monde intérieur de l’artiste.

;

                              

;

                                     Quotidien du Maroc

;

                                                          N°1226 DU VENDREDI 27 AU DIMANCHE 29AVRIL 2001, 2 SAFAR1422

;

                                                     A la délégation de la culture de Casablanca

;

 

;

                                                                              

;

Najat KHATIB expose ses “reflets” plastiques

;

La galerie du d délégation des Affaires culturelles et de la communication de Casablanca abrite l’exposition individuelle de l’artiste peintre Najat KHATIB “Reflets. Son oeuvre picturale se veut un pacte de fondation qui, en même temps, quelle s’interroge sur l’espace et la matière, réfléchit sur son devenir. En cela, elle rejoint les préoccupations de la vie plastique au Maroc, voire de l’humanité toute entière. Après avoir définitivement exploité le monochrome, N.K. apporte un échange nouveau sur un code pictural rigoureux, là où l’espace visible est en mesure d’assurer la dimension plastique à travers la question de la reconnaissance de soi, c’est-à-dire de l’autre en soi. De sa peinture imaginative, on retient avant tout une caractéristique présentée comme fondamentale, la représentation des formes animées, ou encore des évocations de paysage de la nature vivante, aussi bien que les symboles calligraphiques relevant d’un ait expressif privé plein de verves sinon de grande force dans sa composition et ses détails comme le cas de frontispices anciens. Scribe de l’imaginaire, l’ait que nous présente N.K. est sans doute un véritable langage symbolique, un langage original qui nous livre un grand nombre de significations sur le patrimoine suivant ses repères culturels majeurs. Un ensemble des ondulations et des reflets faisant appel à l’imaginaire et à la systématisation rythmique comme le cas de signes pictographiques et de langues anciennes. Alphabet révolutionnaire comme l’illustrent ses travaux, l’esprit d’agencement et de systématisation des formes se manifeste dans une intuition difficile à appréhender relatant l’esprit des documents épigraphiques. On retrouve notamment une sensation résultante de la fertilité créatrice pluralité assumée. C’est aussi grâce à  cette sensation que N.K. a pu Transmettre le mythe de ses lettres arabes. C’est cela qui donne au tableau sa profondeur! II s’agit de combler l’écart des êtres et des choses. Dans le creuset de sa création, le peintre mémorise la beauté féerique et le charme idyllique de la lettre jusqu’à l’envoûtement digne des grands maîtres de la .peinture prodigieuse Sensation profonde, savoir créatif remarquable, compétence professionnelle de haut de gamme, une saveur exceptionnelle pour les espaces, nouvelles prestations artistiques, tels sont les soubassements de l’oeuvre intense et variée de N.K. Regard ouvert sur le monde, traces pointées dans le temps et le lieu, nous fait partager une intensité esthétique : il s’agit d’un art qui fait vaciller notre mémoire, à la découverte des formes plastiques d’une étonnante beauté. Sous le mouvement libéré des couleurs et des formes, l’oeuvre de N.K. entremêle les sens et les états d’âmes, pour donner le frémissement du rythme. Energie des formes, douceur des couleurs, rêveries, formes libérées des normes stéréotypées, passion contemplative : telles sont les dimensions créatives scrutant les oeuvres de N.K., spiritualisant l’essence de l’être et dédramatisant ses conditions et ses contradictions. Il s’agit d’un rêve passionné par le rythme plus parlé et par le corps vivant qui retrace l’éloignement pour les types claqués dans les écoles et la répugnance pour les recettes académiques.

;

 

;